Le 24 juin 2004,dans la salle de concert républicaine du studio PiedNu au Havre, ces deux groupes de légende sauf un se sont affrontés à mort dans le premier combat musical de l’univers visible.
Les règles étaient simples, deux scènes se faisant face , 2 groupes au top de la rage, le public comme seul rempart, et le pouvoir du beat pour les départager…
Au petit matin, un seul groupe a survécu.
Nous avons retrouvé cette page, unique témoignage de cette soirée d’anthologie, nous avons aussi retrouvé deux étrilles et un petit bébé plutôt moche, que nous nous sommes empressés de rendre a l’océan.

Compte rendu de ce duel de légende :

Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground
Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground
Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground

PREMIER SET

TOUT LE MONDE EST MORT débute le concert très fort en faisant la bise à la totalité du public puis enchaina avec deux compositions stylées se référant directement au fait que jésus christ trahit toutes les majorettes. Le groupe touche le cœur et l’âme du public grâce à un habillage scénique raffiné et une tenue vestimentaire impeccable : Maurice Herzog s’est fait tatoué sur tout le corps un bermuda nazi communiste, le chanteur Brigitte s’est fait implanté pour l’occasion un système pileux intéressant ainsi qu’une chemise agricole (rappelons que Brigitte n’a que treize ans), le bassiste Red LaHyène s’est lui grimé en mime Marceau raté alors que le batteur DJ Sex s’est caché la figure sous un masque de combat péruvien, ce qui était une bonne nouvelle pour tout le monde (rappelons que DJ sex est moche) A noter aussi un gros effort scénographique puisque les vice champions du rock de Normandie avaient purement et simplement vidé la totalité des poubelles du port du Havre sur scène.

Les BELLES BÊTES UNDERGROUND, elles, se sont affichées comme à leur habitude « nature et sympa »… Pyjama décontracté’ « je suis un gros cochon » pour le chanteur Nico qui semble nous dire avec ses yeux malicieux et sa barbe de trois jours « allez venez les copains on va passer une chic soirée! », le batteur Pedro Boum s’est déguisé en un merveilleux prisonnier politique caché derrière son imposante batterie en métal qu’il a fabriqué lui-même avec des animaux morts alors que l’ami et guitariste Gomez, lui, n’a rien changé de son apparence quotidienne : une angélique chevelure blonde caressent ses épaules fluettes recouvertes d’un polo humoristique vantant les mérites de la fête alcoolisée en suisse. Le groupe entame à son tour deux chansons racontant le plaisir d’avoir un bon copain. A noter une passionnante chorégraphie qui consiste à bouger légèrement la tête de haut en bas un peu quand on veut.

Les deux groupes séparés par un public jovial et déchainé interprètent alors ensemble d’un bout à l’autre de la pièce une sorte de mélopée sonique rarement tentée à ce niveau de la compétition.

L’arbitre, monsieur Gouttu, un moine hollandais de petite taille trouvé par terre, crée alors le premier incident du match en tombant de sa chaise d’arbitre. Heureusement la police arrive rapidement sur les lieux et c’est la fin du premier set sous l’acclamation des spectateurs venus de la France entière sauf un.

Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground
Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground

RESULTATS PREMIER SET

TOUT LE MONDE EST MORT : 8

  • 1 pt pour la jeunesse, l’energie et les pantalons
  • 1 pt pour la beauté des mélodies
  • 1 pt pour la pertinence de la critique socio-culturelle
  • 1 pt pour le jeu de scène chaloupé
  • 2 pts pour avoir eu le bon gout de ne pas être les Belles Bêtes
  • 2 pts pour avoir été poli avec le public

BELLES BÊTES UNDERGROUND : 5

  • 1 pt pour être amis avec Antoine Ruffenacht
  • 2 pts pour l’énergie dépensée compte tenu de leurs âges
  • 1 pt pour la justesse de l’accoutrement
  • 3 pts pour l’esprit barbe
  • -2 pts pour être de mauvais garçons et faire peur aux petites filles
Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground
Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground

DEUXIEME SET

Entrée fracassante des BELLES BÊTES, visiblement irritées par l’insolence du public, qui pénétra sur scène littéralement bardés de chaines de métal et aboyant comme de pauvres clébards tenus en laisse par Nico. Brigitte se rajoute à la fête en venant fouetter avec amusement les pauvres musiciens ennemis. Dans la salle c’est l’éclat de rire général.
Mais la furie sympa des BELLES BÊTES tomba vite à l’eau compte tenu de leur grande incompétence musicale lors de leur interprétation de deux morceaux parlant du plaisir d’avoir un bon copain.
Le public se tourne alors vers TOUT LE MONDE EST MORT qui réjouit les cœurs en reprenant très dignement une reprise du regretté Alain Bashung intitulé le lion est mort ce soir de Johnny Clegg.
Puis l’événement fût l’arrivée de groupies totalement nues se mettant à danser, chacune pour son groupe préféré, tentant avec cette manœuvre sexuelle de désorienter les faveurs de l’arbitre, un bout de bois tibétain trouvé par terre de plus de trois kilos.
Puis les BELLES BÊTES essaient de faire sensation en annonçant que l’un d’entre eux était enceinte alors que tout le monde s’en fout.
Le match était donc excessivement serré et l’arbitre, une vieille jument iconoclaste trouvée par terre, demanda alors un duel de solos de guitares afin de départager nos amis.
Le Sergent Gomez pour les BELLES BÊTES se déchaina et offrit au public une prestation hallucinée et surpuissante tout en technique et en doigté déguisé en colonialiste belge. Il mit donc la barre très haut et laissez moi vous dire qu’il ne valait mieux pas se nommer poltron pour passer derrière.
Maurice Herzog pour TLMEM semblait bien mal parti car soyons polis mais il est vrai que sa technique laisse quelque peu à désirer. Mais c’est alors qu’avec toute la fougue de ses 20 ans il s’empara de son sexe et se mit à gratter frénétiquement ses cordes avec son terrible engin.Commence alors une sérénade érotique de 37 minutes qui achèvera dans la grâce et la passion ce second set. Une fois de plus, la jeunesse l’avait emporté.

Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground
Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground
Tout le monde est mort vs les belles bêtes undeground

RESULTATS SECOND SET

BELLES BÊTES UNDERGROUND : 6

  • 1 pt pour la cohérence buccale
  • 2 pts récoltés lors du Téléthon 1996
  • 1 pt pour leur manie d’être toujours en retard aux rendez-vous
  • 1 pt pour leur engagement sans limite sur la question palestinienne
  • 1 pt pour avoir joué plus fort que le groupe allemand Dire Straits

TOUT LE MONDE EST MORT : 7

  • 1 pt pour l’utilisation osée de pyrotechnie dans une salle remplie de fans
  • 2 pts pour leur lutte contre toute forme d’intolérance
  • 2 pts pour la pertinence sexuelle
  • 1 pt pour l’émotion partagée
  • 1 pt pour avoir plus de micros que de bouches
Duel contre les Belles Bêtes Underground & Nico
Duel contre les Belles Bêtes Underground & Nico
Charlie WHITE - In a Matter of Days : Fleming House, Caltech, Pasadena, 1999

TROISIEME SET

     Après une pause de 75 cl durant lesquelles le groupe TOUT LE MONDE EST MORT apprit qu’ils étaient en cours avec les enfants des BELLES BÊTES UNDERGROUND, ce troisième set fût marqué par la présence remarquée de maquereaux. En effet, alors que les BELLES BÊTES entamaient un 17ème morceau parlant du plaisir d’avoir un bon copain, les membres de TLMEM se jetèrent comme des pumas sur leurs adversaires pour les rosser à coup de poissons.
    L’heure n’était plus à la rigolade et Nico perdit alors son sang froid légendaire et administra un solide uppercut à Brigitte qui n’en menait pas large mais continua avec bravoure d’asperger ses rivaux avec du poisson. Puis l’arbitre demanda avec autorité à chacun de regagner sa scène respective et le combat pût reprendre après quelques dernières mandales.
    Les BELLES BÊTES entamèrent alors une sorte de chanson country sur le plaisir d’avoir un bon copain.
Incorrigibles farceurs, les membres de TLMEM ne purent s’empêcher de lancer à travers le public divers détritus trouvés par terre sur les BELLES BÊTES dont notamment des préservatifs usagés, des poissons, des canettes de bières pleines et de la lessive Soupline. Puis ils interprétèrent leur fameux tube « les yaourts mamie nova sont faits avec du sperme » achevant ainsi leurs millions de fans qui se laissèrent emporter dans une étrange torpeur sexuelle…
    C’en était trop pour les BELLES BÊTES, bien connus pour leur répugnance à tout concept de copulation qui entonnèrent alors un formidable hymne au plaisir d’avoir un bon copain, que TLMEM tenta de recouvrir soniquement en poussant de petits cris aigus.En vain. Les BELLES BÊTES venaient de déchainer une tornade de décibels, et on sentait qu’ils étaient au bord de la rupture quand soudain le guitariste Gomez explosa. De rage et de tristesse, les deux survivants chantèrent alors gravement et à capella une émouvante chanson sur le plaisir d’avoir eu un bon copain.
    Excités par cette surenchère de violence gratuite et artistique, DJ Sex, le valeureux batteur de TLMEM s’empara de sa précieuse kalachnikov et ouvra alors le feu sans sommation sur la totalité du public et acheva par la même le restant des BELLES BÊTES qui peuvent être fiers de mourir ainsi au « chant » d’honneur (ha ha).

     Résultat il ne resta que trois survivants gravement blessés pour écouter l’ultime rappel de TLMEM fort justement intitulé « tout le monde est mort », blessés que Red LaHyène s’empressa d’achever en les mangeant.

Duel contre les Belles Bêtes Underground & Nico
Duel contre les Belles Bêtes Underground & Nico

   Le concert devait s’achever sur cette impitoyable vérité : tout le monde était mort, et c’est donc sans conteste le fameux groupe belge qui sortit vainqueur de cette sympathique soirée.

RESULTAT FINAL

TOUT LE MONDE EST MORT

TOUT LE MONDE EST MORT

VAINQUEUR PAR ABANDON

Voilà, les gagnants se virent remettre par le président de la république trois fleurs en mousse qu’ils offrirent à Emmaüs ainsi que des bons d’achat au paradis du jogging à Montreux. A la prochaine fois donc, valeureux guerriers, pour un nouveau défi avec toujours plus de passion et d’hémoglobine sonore… Merci les gars, et encore bravo.

Véronique Choupine
photographies par Helmut Kohl